Pourquoi j’ai choisi de faire ce que je fais

Je me suis planté

J’ai ressenti le besoin d’écrire sur ce fameux « pourquoi » décrit par Simon Sinek dans son TED Talk sur la manière dont les leaders inspirent l’action.

Je pense qu’il est important de savoir pourquoi on fait les choses. En tout cas, ça a du sens pour moi.

Le « pourquoi » permet aussi de se reconnecter à ses motivations premières en cas de doute sur un projet.

C’est ce qui m’amène à écrire aujourd’hui.

Je pourrais parler d’un coup de moins de bien, d’une baisse de régime. Ce ne serait pas vrai. Je traverse une crise existentielle que je n’avais pas vu arriver.

Lorsque j’ai décidé de créer mon entreprise, j’étais plein de certitudes. Je savais qu’il y aurait des difficultés. J’avais foi en ma capacité à les surmonter.

J’en étais même sûr.

Je crois que j’ai manqué d’humilité. Je me suis planté.

Je ne pensais pas que cette expérience me mettrait face à ce que je suis au plus profond de moi.

J'ai toujours été un rêveur

Je pourrais vous parler de mon enfance, de ma famille qui ne connaissait que la crise, des tensions permanentes dans une fratrie recomposée qui n’a jamais vraiment trouvé sa place…

Je pourrais aussi vous dire que tout au long de mon parcours professionnel, je me sentais en décalage vis à vis de mes collègues et de ce qui semblait les animer.

Pourquoi continuer lorsque l’on ne trouve plus de sens à son travail ?

Pourquoi penser que la compétition et les rapports de domination entre êtres humains sont les seuls mode de développement viables ?

Pourquoi se taire quand on n’est pas d’accord, ne rien dire quand on est persuadé d’être face à une erreur ?

Pourquoi accepter de souffrir uniquement pour conserver sa place ?

J’ai toujours été un rêveur, un idéaliste. 

Au CP en école élémentaire, c’était écrit sur mes bulletins de note…

La vie ce n'est pas le monde des bisounours ?

C’est ça, devenir adulte ?

Enterrer ses rêves et ses valeurs d’enfant ?

Accepter de rentrer dans le rang ?

Sortir de ses illusions ?

On ne s’aime pas tous à la fin dans un nuage plein de couleurs flashy ? 

Les choses sont plus compliquées que ça. Il n’y a pas, je pense, d’un côté les rêveurs et de l’autre les réalistes ou les cyniques.

C’est à nous de choisir les valeurs et le message que nous voulons porter.

C’est nous de choisir si nous voulons espérer offrir autre chose que le monde actuel à nos enfants.

Alors, finalement pourquoi ?

Parce qu’au fond de moi, il y a toujours ce petit gars qui rêve trop en classe.

Parce que, pour moi, c’est important de pouvoir regarder mes enfants dans les yeux quand je leur dirai que j’ai fait de mon mieux. 

En tout cas je ne leur demanderai sûrement pas de réussir là où j’ai échoué.

Je n’ai pas envie de vivre dans un monde où les personnes et les entreprises sont principalement motivées par la compétition et l’argent.

Je n’ai pas envie de vivre dans un monde où l’on stigmatise les personnes pour leurs origines, leur couleur de peau, leur sexualité…

Je n’ai pas envie de vivre dans un monde où l’on ne fait pas confiance aux débutants, où 80% ou plus des dirigeants sont des hommes blancs avec des cheveux gris qui ont fait leurs études.

Je n’ai pas envie de vivre dans un monde où la diversité et le respect de l’autre sont au mieux un concept marketing, au pire une chimère.

En fait, je crois que c’est ça mon projet.

Oui, c’est idéaliste et oui, je simplifie volontairement le constat.

Je sais qu’il n’y aura pas que des lendemains qui chantent.

Mais c’est pour cette raison que j’ai créé mon entreprise, pour continuer de poursuivre les rêves qui m’animent depuis mon enfance.

Il ne s’agit pas de changer le monde mais de continuer à croire que c’est possible.

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

QUI SUIS-JE ?

Spécialiste pendant 15 ans des fonctions transverses en entreprise.

J’ai choisi en 2020 de créer ma structure afin d’accompagner les étudiants et les salariés dans le développement de leurs compétences.

Je mets ma connaissance de l'entreprise et mes compétences pédagogiques au service des organismes de formations, des écoles et des organisations publiques ou privées.

Partagez cet article sur les réseaux

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

derniers articles