On ne nait pas entrepreneur, on le devient

Nous sommes le 31 décembre 2020.

Je m’apprête à quitter ce que j’ai toujours connu.

15 années de salariat.

De contrats à durées déterminées ou indéterminées.

15 années pendant lesquelles j’ai eu la certitude de toucher mon salaire à la fin du mois.

Est-ce que je suis prêt ?

Non, mais je ne le sais pas encore.

19 mois plus tard, est-ce que je me sens légitime en tant qu’entrepreneur ?

Oui, mais la route fut loin d’être facile.

Un entrepreneur, c’est une sorte de conquérant moderne !

Je pensais qu’un entrepreneur, c’est quelqu’un qui sait où il va.

Une personne qui ne doute pas, ne tremble pas devant l’adversité.

Une personne capable de vendre son projet avec aplomb et assurance.

Une personne qui part au combat avec son téléphone convaincre ses futurs clients.

Une personne qui sait tout faire.

Un Christophe Colomb en costume ou en tailleur.

Un entrepreneur a un projet bien défini

Ce n’est pas mon cas.

Entre aujourd’hui et la première fois où j’ai imaginé mon projet,

j’ai changé 10 fois, 20 fois d’orientation.

Je me suis fait accompagner au début. J’ai découvert que je n’avais pas envie de continuer mon projet de l’époque…

J’ai pensé devenir enseignant, éducateur, consultant puis formateur…

J’ai testé.

J’ai démarré… ou pas certaines activités que j’avais envisagées.

J’ai gardé ce que j’aimais.

Là où je me sentais le mieux.

J’ai conservé qui me permettait d’avoir la sensation d’être payé à ma juste valeur.

J’ai fini par découvrir ce qui m’anime, comprendre dans quelle direction aller.

Le temps et les expériences, ratées comme réussies, m’ont permis de le faire.

J’ai aussi fini par accepter que rien n’est sûr dans ce métier.

La réalité d’aujourd’hui ne sera peut-être pas celle de demain.

Un entrepreneur ne craint pas de se lancer !

Je suis de nature anxieuse.

Quand j’ai quitté mon CDI, j’ai eu peur comme jamais.

Je suis parti à reculons, presque en Moonwalk.

Tentant de m’accrocher aux dossiers que je trouvais.

Je n’ai d’ailleurs jamais fini de ranger mes affaires.

Une manière comme une autre de repousser le départ.

Une fois à la maison, j’ai paniqué.

J’ai passé un mois et demi à travailler sur les couleurs de mon site internet.

J’ai surtout essayé de ne pas affronter les peurs qui m’assaillaient.

J’étais terrorisé par ce que je venais de faire…

Un entrepreneur sait prospecter pour vendre son activité !

J’ai parfois tendance à craindre le monde extérieur.

Prendre mon téléphone pour appeler une personne que je ne connais pas.

Vanter les mérites de mon projet…

Trouver des clients a été ma plus grosse angoisse.

J’étais persuadé que je n’y arriverai jamais.

Alors, j’ai fait ce que je sais faire le mieux.

J’ai repris mon CV, je l’ai modifié.

J’ai commencé à répondre à des annonces pour des postes d’enseignants et de formateurs.

J’ai obtenu 0 client grâce mes compétences en prospection.

J’ai obtenu tous mes clients actuels ou presque grâce à ma capacité à faire des CV…

Un entrepreneur est sûr de lui !

Si vous saviez le nombre de fois…

Où ma langue a fourché au moment d’expliquer aux autres ce que je faisais.

Où j’ai passé des nuits blanches à me demander comment j’allais vivre si mon activité ne fonctionnait pas.

Où je suis arrivé devant des personnes en formation en me disant que je n’avais pas la légitimité.

Où j’ai voulu revenir en arrière pour retrouver un CDI bien plus confortable.

Je pourrai continuer longtemps cette liste…

Finalement, c’est quoi être un entrepreneur ?

Je pense qu’il n’existe pas une seule manière de le faire.

Il y a autant de méthodes et de parcours que d’entrepreneurs.

Me concernant, je me suis appuyé sur mes forces.

J’ai utilisé ce que j’avais appris pendant mes années de salariat…

Je me suis trompé.

Je me suis remis en question.

J’ai pris des chemins de traverse.

Je me suis trouvé, pour me perdre à nouveau.

Et puis, j’ai recommencé la boucle.

Et si un entrepreneur, c’était d’abord quelqu’un qui doute

Avec le recul, je crois qu’un entrepreneur accepte le risque de se planter.

C’est une personne qui ne sait pas ce qu’il va advenir de son projet.

Quelqu’un qui n’a pas besoin de savoir prospecter ou se vendre comme un pro.

Je crois qu’un entrepreneur a surtout besoin de savoir se remettre en question.

D’être à l’écoute de son environnement.

D’apprendre à s’entourer des bonnes personnes.

Celles qui vivent la même chose que lui.

Celles qui vont lui tendre la main (oui, il y en aura).

On ne réussit rien seul.

Et d’après moi,

On ne nait pas entrepreneur, on le devient…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

QUI SUIS-JE ?

Spécialiste pendant 15 ans des fonctions transverses en entreprise.

J’ai choisi en 2020 de créer ma structure afin d’accompagner les étudiants et les salariés dans le développement de leurs compétences.

Je mets ma connaissance de l'entreprise et mes compétences pédagogiques au service des organismes de formations, des écoles et des organisations publiques ou privées.

Partagez cet article sur les réseaux

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

derniers articles